Il y a un endroit spécial sur la rive sud du lac Erie, à l'embouchure de la rivière Cuyahoga, où un groupe d'admirateurs particuliers vit, et peu importe ce que les Tribe, Cavs ou Browns leur font, le groupe continue de croire.

Believeland

Il y a un endroit spécial sur la rive sud du lac Erie, à l'embouchure de la rivière Cuyahoga, connu sous le nom de Cleveland. C'est l'endroit où se trouve le temple de la renommée du Rock and Roll, et c'est la maison des Indians, des Browns et des Cavaliers. Mais c'est aussi la maison d'une série de défaites agonisantes. De toutes les villes américaines qui ont au moins trois franchises sportives majeures, Cleveland est la seule à n'avoir gagné aucun championnat en un demi-siècle. Ces équipes sportives, et les cœurs qu'ils ont brisés encore et encore, ont inspiré un nom différent pour la ville, et le titre de ce film 30 pour 30 : "Believeland." Réalisé par un natif de l'Ohio, Andy Billman, ce documentaire évocateur vous entraînera dans un voyage 50 ans en arrière et capturera les hauts et les bas précurseurs de la métropole qui était florissante autrefois -- Superman, après tout, y a été créé. Malgré les malheurs économiques et athlétiques et les chandails écrits "Dieu Déteste Cleveland", les gens croient encore et vénèrent Jim Thome, Jim Brown et LeBron James. Mais ils ne peuvent pas non plus oublier Edgar Renteria, John Elway et Michael Jordan, les hommes qui ont éteint leurs rêves d'un championnat attendu depuis longtemps. Aussi douloureux soit-il, "Believeland" est une célébration de la foi, un témoignage de l'importance du sport pour Cleveland, et de l'importance de Cleveland pour le sport.

Date de sortie :

2016